Envie de réaliser votre rêve ? Une réalité pour ces frères gantois qui participent à une course à travers l'océan !

Blog

11 Dec 2019
Le jeudi 12 décembre, Damien (29) et Bernard (27), deux frères originaires de Gand, seront au départ du Talisker Whisky Atlantic Challenge , une course durant laquelle ils traverseront l'Atlantique à bord de leur aviron « The Brothership ». Ils s'élanceront de La Gomera dans les Canaries pour arriver à Antigua, une île des Caraïbes, 4 800 km plus loin. Le record de traversée de l'Atlantique en aviron à deux rameurs est de 37 jours et c'est également l'objectif des frères ambitieux. Participer ne leur suffit pas : ils veulent gagner et battre le record.

Une course de rêve

Il y a quelques années, Damien a eu vent d’une course d’aviron à travers l’Atlantique. Lorsqu’il en a parlé à Bernard, la décision fut prise : ils se devaient de participer. En effet, traverser l’Atlantique en aviron figurait déjà sur leur bucket list depuis l’adolescence. Les deux frères de Gand formaient alors une redoutable équipe de rameurs, avec de nombreuses courses à leur compteur, tant en solitaire qu’en duo.

van durme

Un projet familial

Traverser l’Atlantique en aviron ne se fait pas à la légère. Une bonne préparation est essentielle dans de nombreux domaines, tels que la sécurité, la planification et le financement. Bernard et Damien sont les rameurs, mais il s’agit d’un projet familial global dans le cadre duquel leurs sœurs et parents assument des tâches importantes. Les membres de leur famille forment ainsi une équipe « à terre » dont la tâche consiste à déterminer la course sur l’océan pour trouver les bons vents et éviter les tempêtes. La course nécessitera un engagement important de la part des frères et la confiance est cruciale. Ce sera une véritable épreuve du feu pour leur relation. « Je ne pourrais pas participer avec un ami. Avec mon frère, par contre, je sais que je peux me dépasser, car notre lien du sang est plus fort que celui de l’amitié. » Outre les membres de leur famille, ils sont également soutenus par un nutritionniste et un médecin du sport.

Leur ambition : le record du monde

« Le record du monde actuel est de 37 jours pour les duos et nous voulons le battre. Nous avons toujours recherché des défis, tant lors de compétitions d’aviron que dans notre vie personnelle. Nous voulons sans cesse repousser nos limites. C’est pourquoi nous étions à la recherche d’un nouvel objectif après de nombreuses années de compétition en aviron. »

Sponsorisé par Pauwels Consulting

Au marathon de Gand, les deux frères ont fait étalage de leur bateau et ont fièrement raconté leur future aventure à tous ceux qui voulaient en entendre parler. Bert Pauwels, directeur général, a été très impressionné par l’audace et l’ambition des deux frères. Leur aventure s’inscrit parfaitement dans les valeurs de Pauwels Consulting. Ambitieux, leur souhait est d’exceller dans leur discipline. D’une part, les Van Durmes font preuve d’esprit d’entreprise et d’une approche innovante dans ce projet, et d’autre part, guidé par le flair gantois, ils font tout à leur manière.

The Brothership

Le bateau est fait sur mesure pour Bernard et Damien, qui pèsent 105 kg et 108 kg et mesurent 1,98 m et 1,95 m respectivement. C’est Koen Degezelle, constructeur de bateaux, qui les a contactés afin de mener à bien ce projet. The Brothership, nom donné à l’aviron, possède une coque à haute vitesse et présente une forme aérodynamique afin de réduire au maximum la résistance aux vents et en tirer profit au maximum. Naviguer sur l’océan ou naviguer sur la mer du Nord où des courants se rencontrent sont deux choses très différentes. Les vagues étant plus larges sur l’océan, les deux frères veulent les utiliser à leur avantage en y « surfant ». Il est donc essentiel de trouver l’itinéraire avec le bon courant et des vents favorables pour gagner la course et battre le record.

« Notre aviron possède deux sièges. À l’arrière se trouve une petite cabine de couchage et nous avons également un espace de stockage pour la nourriture à l’avant. » Le bateau a été conçu de manière à pouvoir s’abriter en cas de tempête et il reprend immédiatement sa position s’il se retourne en mer. L’espace de stockage pour les denrées alimentaires et un dessalinisateur sont nécessaires, car les frères emportent toute leur nourriture en une fois. La majeure partie des denrées comprend des aliments secs, mais ils emportent également quelques friandises, telles que des abricots séchés et du chocolat. « Lorsque vous ramez douze heures par jour, vous attendez votre repas avec impatience et ce dernier se doit donc d’être bon. »

Un défi physique et mental

Pour gagner la course en six semaines, les deux frères doivent ramer au moins douze heures par jour. En journée, ils rament ensemble par périodes de quatre heures avec une pause. La nuit, ils s’alternent en shifts de deux heures. Pendant que l’un rame, l’autre dort ou exécute d’autres tâches, telles que des réparations, nettoyer, manger, etc. Cela leur demande beaucoup d’efforts, tant sur le plan physique que mental. Pour être bien préparés, ils ont suivi des formations obligatoires, telles que des leçons d’aviron sur l’océan et des cours de survie en mer, de premiers secours, de navigation et de matelotage. Au cours de leur préparation, ils ont également bénéficié d’un soutien psychologique.

Les frères n’ont pas peur, même si cette course n’est pas sans danger. En chemin, ils croiseront sûrement des baleines, des requins et des conteneurs flottants et se retrouveront également pris dans des tempêtes. La chaleur et le sel sont des épreuves supplémentaires, la vie sur l’océan n’est absolument pas pour les mauviettes. Chaque semaine, un des frères doit également aller dans l’eau pour nettoyer le bateau par exemple, tandis que l’autre surveille la présence de requins et autres visiteurs indésirables.

Handicap International

Lors de leur course, les deux frères soutiennent un organisme de bienfaisance. Ils ont choisi Handicap International qui opère dans 31 pays afin de permettre aux enfants handicapés d’aller à l’école. Bernard, actif dans le secteur orthopédique, connaît très bien ce problème et l’importance de la mobilité pour les enfants. Choisir HI était donc une évidence.

La course en quelques chiffres

4 800 =                      distance de la course en km
1,5 million =                nombre de coups de rame nécessaires pour traverser l’océan
37 =                            nombre minimum de jours en mer pendant la course
250 =                         poids en kg de nourriture à bord
6 600 =                      kcal brûlées par personne par jour
12 =                             poids en kg perdu en moyenne pendant la course
0 =                              nombre de W.-C. à bord
2 =                              Noël et Nouvel An fêtés sur l’océan

Départ : 12 décembre

Vous pouvez suivre la course grâce à l’application de suivi YB Races, disponible sur iOS et Android.