Koen et Tijs ont fait l’ascension du mont Blanc : le « Toit de l’Europe »

Pauwels people

21 Aug 2018
Chez Pauwels Consulting, « un esprit sain dans un corps sain », cela veut dire quelque chose. De nombreux collègues sont très sportifs et participent souvent, seuls ou en équipe, à des courses à pied, à des événements vélo ou à d’autres chouettes activités sportives. Récemment, nos collègues Koen De Borle, consultant en recrutement chez Pauwels Consulting, et Tijs Billemon, IT director et business coach, ont gravi le sommet du mont Blanc (4 810 mètres d’altitude pour être exact). Une prestation formidable!

Nous avons eu une brève conversation avec Tijs et Koen au sujet des préparatifs pour ce défi sportif extrême et de leurs expériences au cours de cette ascension passionnante.

Cher Koen, cher Tijs, comment vous est venue l’idée d’escalader le mont Blanc ?

Koen: Nous avons le virus des montagnes depuis quelque temps déjà. Enfants, nous allions tous les deux dans les Alpes avec nos parents pendant les vacances d’été. La nature, le calme, le paysage, l’hospitalité et les nombreuses possibilités sportives sont les raisons de notre amour pour la montagne.

Tijs: Tout à fait. En vacances, nous aimons l’action et l’aventure. Bien entendu, le mont Blanc est une montagne célèbre parmi les alpinistes. Et à juste titre, c’est un environnement exceptionnel pour les amateurs de sports en montagne.

Koen: L’idée d’escalader le mont Blanc nous est venue l’été dernier. Nous étions à la recherche d’un nouveau défi et nous voulions littéralement monter le niveau par rapport à nos précédentes expériences d’alpinisme.

Après quelques recherches, nous avons découvert le Mountain Network néerlandais et le guide de montagne expérimenté Jelle Staleman. Ils proposent des excursions guidées et organisées, en Europe et hors d’Europe. Nous n’avons pas hésité longtemps et avons décidé de nous inscrire pour le périple du Mont Blanc Summit.

Magnifique ! Aviez-vous déjà de l’expérience en alpinisme ?

Koen: Il y a quelques années, Tijs et moi avons déjà effectué un Alpine Tour dans l’Ötztal, en Autriche. Au cours de ce voyage de cinq jours, nous avons grimpé un sommet tous les jours, avec en point culminant la Wildspitze, le plus haut sommet du Tyrol à 3 774 mètres d’altitude.

Nous y avons acquis une connaissance approfondie de la vie en montagne, de la randonnée glaciaire, de l’escalade sur roche et des techniques de corde les plus courantes.

Avec qui avez-vous escaladé le mont Blanc ? À deux ou en plus grand groupe ?

Tijs: Nous avons fait cette expédition avec un groupe de quatre amis. Nous nous connaissons depuis longtemps et nous avons fait le précédent Alpine Tour ensemble, nous savions donc que nous pouvons nous faire confiance. Deux autres Néerlandais ont rejoint notre groupe, via Mountain Network. Au total, nous étions donc six.

« Si tout se passe bien, toute personne qui veut escalader cette montagne peut y arriver en principe. Mais en cas de problème, l’expérience et l’aptitude sont déterminantes. »

Comment s’est passé l’accompagnement pendant votre aventure ?

Koen: Eh bien, nous avons spécialement choisi de vivre cette expérience en étant accompagnés par un expert. Avec du recul, c’était certainement le meilleur choix. Le programme consistait en une piste de préparation, au cours de laquelle nous avons fait des exercices sur place, notamment pour l’escalade sur glace et sur roche et la randonnée glaciaire.

Les premiers jours, nous étions accompagnés de deux guides locaux et, pour le sommet, il y avait un accompagnement sur deux. Outre les aspects physiques et techniques, les guides nous ont également préparés mentalement. Après tout, nombreux sont ceux qui veulent atteindre le sommet à tout prix, mais des guides expérimentés sont là pour signaler des dangers, des circonstances particulières ou des expériences dramatiques empêchant parfois d’atteindre le sommet.

Pour cette seule raison, il est indispensable de demander conseil si vous voulez relever un tel défi. Si tout se passe bien, toute personne qui veut escalader cette montagne peut y arriver en principe. Mais en cas de problème, l’expérience et l’aptitude sont déterminantes. S’ils décident de ne pas s’y aventurer, mieux vaut leur faire confiance. Ou risquer votre vie.

Comment vous êtes-vous préparés en vue de cette expérience ?

Tijs: Bien entendu, nous n’avons rien laissé au hasard pour cette expédition. Pour entraîner notre condition de base et notre endurance, nous faisions régulièrement de grandes randonnées à vélo ou à pied. De plus, une telle ascension nécessite également des équipements adaptés, notamment des vêtements et des chaussures spécifiques pour le terrain alpin.

L’organisation a également fourni la plus grande partie de l’équipement technique : un harnais d’escalade, un casque, des mousquetons, des cordes, un piolet à glace et des crampons. Lors de la préparation du matériel, il est important de n’emporter que le strict nécessaire sur la montagne. Le sac à dos peut vite peser 8 à 12 kg. Plus vous emportez de matériel et de vêtements, plus votre sac sera lourd pendant l’ascension…

Koen: Nous avons également participé à la journée d’introduction à la salle d’escalade de Nieuwegein (Pays-Bas) organisée par Mountain Network. Outre les informations pratiques et la présentation aux autres participants, nous avons été initiés à l’escalade sur mur et sur roche. L’équilibre et la stabilité sont essentiels, ils nous ont permis, par exemple, de grimper le mur les yeux bandés. De cette manière, on apprend à bien positionner les pieds et à chercher toujours la meilleure position.