Travailler comme Chef de Projet en Allemagne - Danny Germanus

Pauwels people

27 Feb 2020
Dans notre série ‘Pauwels People’, nos collègues se présentent et racontent comment se déroulent leur travail et leurs projets chez Pauwels Consulting. Aujourd’hui, nous faisons connaissance avec Danny Germanus, Chef de Projet en Allemagne.

Danny, pouvez-vous nous parler un peu de vous ? 

Bonjour, je suis Danny Germanus, chef de projet chez Pauwels Consulting. Après mes études en électricité et en mathématiques, j’ai travaillé pendant six ans comme chef de chantier pour un installateur électriques. Cet installateur était spécialisé dans le placement de l’éclairage pour de grands projets d’éclairage.

Par la suite, j’ai travaillé comme chef de chantier pour le même installateur. À l’époque, je travaillais principalement sur les plus grands projets d’éclairage où nous installions des cabines moyenne tension pour fournir aux PME une alimentation électrique et un tableau général basse tension.

Avez-vous toujours travaillé dans la même entreprise ? 

Non, entre ces deux fonctions, j’ai travaillé pour une autre entreprise pendant environ 5 ans en tant que responsable du service technique, responsable du département technique. J’étais responsable de la maintenance préventive de toutes les machines pour éviter tout arrêt de production. Juste avant de rejoindre Pauwels Consulting, j’ai également occupé un poste de chef de projet dans une entreprise d’installation.

Quand et où êtes-vous entré en contact avec Pauwels Consulting ? 

Je travaille pour Pauwels Consulting depuis janvier 2011. Un consultant en recrutement m’a contacté au sujet d’un poste vacant de chef de chantier chez TUC Rail pour le projet ferroviaire 25N, également connu sous le nom de “projet Diabolo”. Ils voulaient construire une liaison ferroviaire directe entre Malines et l’aéroport de Bruxelles.

Lorsque j’ai commencé le projet, je n’avais aucune expérience dans le secteur ferroviaire. J’ai donc insisté pour commencer comme superviseur de chantier, plutôt que comme chef de chantier. Cela m’a permis d’acquérir de l’expérience dans la manière de travailler et les procédures au sein de l’industrie ferroviaire. Mon expérience en tant que chef de projet m’a vraiment beaucoup aidé.

“Je trouve important qu’en tant que consultant débutant, vous montriez suffisamment de respect pour l’équipe pour laquelle vous travaillez. De cette façon, vous pouvez obtenir un échange d’informations clair.”

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le projet Diabolo ? 

Diabolo project

Pour moi, le projet Diabolo a été ma première expérience avec la caténaire pour le trafic ferroviaire de la SNCB. À l’époque, plusieurs travaux de génie civil importants étaient déjà terminés, tels que les tunnels situés en dessous de l’aéroport, le lit de la réserve centrale de l’autoroute E19 entre Malines et Bruxelles et le pont ferroviaire de la réserve centrale vers la gare de Malines. Il s’agissait d’une liaison importante dans laquelle la gare située en dessous de l’aéroport n’était plus nécessairement une gare d’arrêt, mais où le trafic pouvait passer en continu.

Après 8 mois, vous avez été promu de superviseur de chantier à chef de chantier et chef de la construction. C’est une sacrée progression ! 

En effet, après 8 mois en tant que superviseur de chantier, j’ai été nommé chef de chantier remplaçant. Plus tard, en raison de circonstances imprévues au cours du projet Diabolo, le chef de la construction n’a plus pu exercer sa fonction. Alors, j’ai pris ses responsabilités aussi. Je dois dire que j’ai beaucoup appris au cours de ce projet ! Par exemple, en tant que chef de chantier, je devais non seulement superviser le chantier, mais j’étais aussi responsable de tous les travaux effectués par nos entrepreneurs.

J’ai également appris de précieuses leçons en tant que chef de la construction. Alors que je venais de commencer, le projet Diabolo était en phase d’homologation. Des tests et des mesures supplémentaires sur les caténaires ont été nécessaires pour terminer la connexion ferroviaire et la mettre en service. J’ai également eu l’occasion de travailler sur ce projet, qui était fantastique !

Voulez-vous travailler sur des projets tout comme Danny ?
Jetez un coup d'oeil sur nos défis

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce genre de projets ? 

Le client adopte le plus souvent une approche organisationnelle. Un projet est lancé, exécuté et terminé. La plupart des missions débouchent sur de nouveaux projets, ce qui offre des possibilités de croissance.

Il y a donc beaucoup de perspectives d’avenir. La collaboration avec les collègues est généralement très bonne, vous pouvez toujours demander des informations à n’importe qui.

Où avez-vous commencé à travailler après le projet Diabolo ?  

En mai 2012, j’ai commencé à travailler comme chef de chantier sur le projet qui assure la nouvelle connexion entre les rives gauche et droite du port d’Anvers. Cette connexion est maintenant connue sous le nom de “Liefkenshoek railway link”. Normalement, cette mission aurait dû durer jusqu’en 2016.

Cependant, mon employeur recherchait de toute urgence un chef de la construction de la ligne aérienne pour la nouvelle ligne 50E, Bruxelles – Gand. J’ai donc relevé le défi de travailler comme consultant en haute tension sur le projet GEN entre Anderlecht & Ternat. Après cela, un nouveau monde m’a ouvert ses portes, pas la haute tension comme je l’ai toujours connue, mais la “vraie affaire” : des lignes à haute tension de 70, 150 et 380 kV.

J’ai postulé pour un emploi chez Omexom Belgique et j’ai rapidement pu commencer comme chef de chantier. Grâce à mes bonnes connaissances linguistiques, j’ai été détaché par Omexom Belgique auprès d’Omexom Hochspannung GmbH, en Allemagne. On leur a confié un important projet en Belgique et j’ai eu l’occasion de travailler comme chef de chantier sur la construction d’une nouvelle ligne compacte de 380 kV. Il s’agissait principalement de la construction de mâts avec des collègues francophones et italophones. Plus tard, pour l’installation des conducteurs, j’ai collaboré avec des collègues allemands.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de faire le grand saut en Allemagne ? 

Dan

Après un autre projet de suivi et une expérience intérimaire avec des équipes allemandes en soutien à la réalisation d’un projet pour Omexom France, j’ai eu un avant-goût des projets à l’étranger. Après avoir réalisé un projet de rénovation en Belgique, il était clair que je n’avais pas peur des projets étrangers.

Comme le détachement en Allemagne via Omexom Belgique s’est avéré assez difficile à l’époque, j’ai choisi de contacter Jan Fyens, directeur de l’unité commerciale Ingénierie chez Pauwels Consulting. Nous étions restés en contact toutes ces années, alors j’ai vérifié si cela pouvait être une possibilité via Pauwels Consulting. Avec l’aide de Jan & Bernd, Talent Manager, j’ai pu commencer mon aventure allemande !

Êtes-vous – à ce jour – satisfait de votre expérience allemande ?  

Je suis chef de projet depuis un peu plus d’un an et même s’il n’est pas toujours facile pour un étranger de s’intégrer dans le monde de «  lignards » ( les travaux de câbles à haute tension), j’ai un sentiment très positif. J’attends avec impatience la période à venir !

Si vous pouviez résumer votre carrière de consultant chez Pauwels en trois mots, lesquels serait-ce ? 

Je pourrais résumer l’ensemble de ma carrière chez Pauwels Consulting avec les mots : esprit d’équipe, dynamisme et compétence. Pour l’instant, je peux exprimer mon sentiment actuel de “retour à la maison”.

Avez-vous des conseils à donner à vos futurs collègues ?  

À chaque étape de ma carrière, je pourrais compter sur une bonne collaboration avec mes collègues. Le respect mutuel et une communication ouverte, claire et transparente sont des atouts ou des compétences importantes. Tout le monde n’est pas également accessible aux nouveaux collègues.

Je trouve important qu’en tant que consultant débutant, vous montriez suffisamment de respect pour l’équipe pour laquelle vous travaillez. De cette façon, vous pouvez obtenir un échange d’informations clair. Le travail est plus fluide, plus constructif et surtout, plus agréable !

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ? 

Au départ, je voulais encore faire quelque chose dans le secteur offshore, par exemple travailler sur une plateforme de forage ou avec l’énergie éolienne, mais je pense que je vais rester sur place pour le moment. Je me suis très bien familiarisé avec le monde «Lignard »et je l’aime bien 😊