Conseils de candidature

Premiers secours après votre entretien d’embauche

07 Nov 2019
Ça y est : votre entretien d’embauche est terminé. Quel soulagement ! Désespoir, (in)certitude, (in)satisfaction ? Toutes ces émotions sont normales. Il est même normal de passer d’un extrême à l’autre en revivant mentalement la conversation.

Mais la décision revient maintenant au recruteur et à ses collègues. Ensemble, ils rendront leur verdict sur votre candidature. Dans cet article, vous découvrirez plusieurs conseils pour minimiser le stress après l’entretien et maximiser vos chances de succès.

job fairsLe recruteur comme conseiller

Après votre entretien d’embauche, le recruteur change de casquette : d’un examinateur, il devient un conseiller. Considérez-le donc comme un allié et non comme un juge : passez des accords clairs et veillez à une communication correcte. Aidez le recruteur afin qu’il puisse vous aider à son tour.

En effet, un recruteur ne statue presque jamais seul sur votre candidature : c’est une décision collective. À cet égard, le recruteur a la responsabilité de vous donner du feed-back ainsi qu’à l’entreprise et d’assurer le suivi de votre candidature. Et vous pouvez l’y aider !

Par exemple, si le recruteur vous demande des informations supplémentaires, comme une copie de vos diplômes, une référence ou une motivation en plus, c’est probablement pour renforcer votre dossier et pas nécessairement parce qu’il doute de vos connaissances ou de vos compétences.

Une bonne communication fait bonne impression

Veillez à toujours communiquer de manière rapide et précise et à informer le recruteur si vous n’êtes plus disponible. Une communication honnête et correcte est la marque du professionnalisme… et qui sait si vous aurez d’autres contacts avec le recruteur à l’avenir ?

Pour éviter les angoisses et les nuits blanches, à la fin de l’entretien, il est toujours bon de convenir clairement du délai dans lequel vous pouvez vous attendre à recevoir du feed-back. En convenant d’un délai ou d’un moment précis, vous éviterez la tentation de bombarder le recruteur d’appels et d’e-mails. Ne péchez pas par excès de zèle !

Il n’y a pas de feed-back négatif

Tout le monde a droit à du feed-back, qu’il soit bon ou mauvais ! Mais peut-on vraiment parler de feed-back négatif ? Quelques conseils pour aborder le feed-back « négatif » :

Ne considérez pas le feed-back « négatif » comme une critique, mais comme des conseils qui pourront vous aider à long terme. Bien que le message initial (vous n’avez pas eu le poste) puisse être négatif, sa justification ne l’est pas nécessairement. Le feed-back négatif est en fait positif par essence : le recruteur veut vous aider. Ne vous mettez pas tout de suite sur la défensive, mais prenez du recul et essayez d’identifier les enseignements qui pourront vous être utiles à l’avenir.

keep eyecontact during job interviewNe tirez pas sur le messager !

Le feed-back « négatif » n’est pas une raison pour se fâcher, que ce soit sur le recruteur ou sur vous-même. Après tout, un entretien d’embauche ne tourne pas autour de vous personnellement : le but est de trouver le candidat le plus adapté pour un poste donné. Si c’est vous, formidable !

Mais si cette fois, un autre candidat convenait mieux, essayez de l’accepter et de vous tourner vers les arguments et les commentaires du recruteur. Considérez-les comme des conseils gratuits : Ils ne peuvent que vous être bénéfiques.

Osez poser des questions

Si vous obtenez un résultat négatif (vous n’avez pas eu le poste) et que le feed-back que vous recevez est insuffisant, n’hésitez pas à poser des questions. Veillez toutefois à interroger votre propre performance et pas celle des autres candidats.

Mieux vaut ne pas poser de questions de développement personnel, comme « À quoi devrais-je faire plus attention à l’avenir ? », juste après l’entretien : vous risquez de donner l’impression de manquer d’assurance. Posez ces questions au moment où le recruteur vous donne du feed-back.

Intéressé par une nouvelle opportunité ?

Continuez à suivre l’entreprise

Après votre entretien d’embauche, restez en contact avec le recruteur et continuez à suivre les offres d’emploi de l’entreprise. Votre profil pourrait correspondre aux critères d’un poste vacant futur. Là encore, considérez le recruteur comme un allié : ne le harcelez pas à chaque nouvelle offre, mais prévenez-le poliment si vous pensez que vous pourriez convenir à une fonction donnée.

Restez optimiste !

Votre emploi de rêve vous a échappé cette fois-ci ? Ne désespérez pas. Convertissez dès à présent le feed-back que vous avez reçu en points d’action concrets. Apprenez de chaque expérience. Tirez-en de nouvelles forces – et essayez d’éviter de tomber dans une spirale négative de doutes quant à vos capacités.

Vous souvenez-vous du temps où vous appreniez à rouler à vélo ? Vous avez fait de nombreuses chutes, mais vous vous releviez toujours et vous avez réessayé jusqu’à réussir. Essayez de garder le même rythme pour vos entretiens d’embauche. Remettez-vous directement en selle !

calling and leaving voicemail for job interviewAllô, monsieur le directeur ?

Peut-être êtes-vous malgré tout indigné(e) de l’attitude ou de la prestation d’un recruteur. Vous pourriez alors avoir envie d’en parler à une instance supérieure. C’est bien sûr votre droit, mais attention… Le recruteur pourrait se sentir lésé et cela pourrait réduire vos chances à l’avenir. Répétons-le : votre recruteur est votre allié. Visez une relation basée sur le respect mutuel.

Pour conclure : les questions d’argent

Si toutes les étapes de votre candidature se sont bien déroulées, vous pouvez vous attendre à recevoir une proposition de salaire de la part de l’entreprise. Généralement, cette proposition est formulée par le recruteur ou par un collaborateur des RH.

La plupart du temps, une proposition de salaire est réaliste dans le contexte d’une candidature spécifique auprès d’une entreprise spécifique. Elle tient probablement compte de vos connaissances et de vos compétences, de votre expérience, du budget de l’entreprise et souvent, de votre position dans l’entreprise.

Si la proposition vous déçoit, contrôlez vos émotions et gardez à l’esprit ce qui suit :

  • Ne comparez pas des choux et des carottes

Une proposition de salaire peut se composer de plusieurs éléments, comme une voiture de société, une assurance hospitalisation, des chèques-repas, etc. Tenez compte du total « tout compris » et si vous avez une autre proposition sur la table, ne les comparez pas trop hâtivement.

  • Ne vous basez pas sur les calculs salariaux des sites d’emploi

De nombreux aspects individuels (relatifs à vous-même, à l’entreprise, à votre fonction, au secteur…) contribuent à déterminer votre enveloppe salariale définitive. Les calculs salariaux des sites d’emploi sont souvent très généraux : considérez-les plutôt comme des valeurs indicatives et ne vous focalisez pas sur ces montants.

  • Tenez compte de tous les facteurs

Dans votre évaluation, tenez compte de tous les facteurs qui contribueront à votre bonheur personnel. Un emploi moins bien payé pourrait aussi signifier un meilleur équilibre travail-vie privée, des déplacements plus courts, une meilleure ambiance, plus de possibilités d’avancement, des formations, etc. Voulez-vous travailler pour vivre ou vivre pour votre travail ? Faites un choix qui vous correspond.

Ne compromettez pas votre candidature

Ne posez pas d’exigences déraisonnables et soyez honnête au cours des négociations. Sinon, l’entreprise risque de décrocher. Le poker menteur peut parfois marcher, mais souvent, c’est vous qui en serez le dupe… Faites donc preuve d’intégrité et ayez des attentes réalistes.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contactez-nous

Avez-vous des questions à nous poser ? Contactez-nous !

Joke Roggeman Welcome Officer