Pauwels people

Dax aide à développer un test de dépistage du VIH

30 Mar 2020
Dans notre série ‘Pauwels People’, nos collègues se présentent et racontent comment se déroulent leur travail et leurs projets chez Pauwels Consulting. Aujourd’hui, nous faisons connaissance avec Dax Lauwers, scientifique en R&D chez Johnson & Johnson. Au cours des derniers mois, il a participé au développement d'un test VIH précis qui faciliterait l'approbation du vaccin contre le VIH.

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Dax Lauwers, j’ai 23 ans et je vis avec ma petite amie à Anvers. Je suis consultant en Sciences de la Vie chez Pauwels Consulting et je travaille actuellement sur mon premier projet en tant que scientifique en R&D chez J&J.

Que faites-vous pendant votre temps libre ?

Je passe une grande partie de mon temps libre sur le terrain de rugby en tant qu’entraîneur pour les 12 à 14 ans et en tant que joueur. C’est le moyen idéal pour moi de me vider l’esprit à nouveau. J’apprécie aussi énormément de passer du temps avec ma petite amie ou les soirées-jeux entre amis ou en famille.

Qu’avez-vous étudié ?

Mon diplôme le plus élevé est une licence professionnelle en biochimie. Je l’ai obtenu à l’AP-Hogeschool d’Anvers. Avant cela, j’ai suivi un enseignement secondaire technique en chimie parce que les sciences ont toujours été une passion pour moi !

Pouvez-vous nous en dire plus sur le vaccin contre le VIH et sur votre test de dépistage du VIH ?

Le vaccin contre le VIH que J&J développe est actuellement en phase 3. Au cours de cette phase, il sera évalué si le vaccin protège efficacement contre le virus. Cela signifie qu’un certain « groupe à risque » est vacciné et nous vérifions si cela a un effet sur le nombre d’infections par le VIH dans ce groupe. Cependant, le vaccin pose un problème. Les personnes qui sont vaccinées doivent faire face à la « séropositivité induite par le vaccin » (VISP). Cela signifie que les tests sérologiques actuels de dépistage du VIH ne permettent pas de distinguer une personne infectée par le VIH d’une personne vaccinée. Avec un test PCR, cela reste possible, mais il est coûteux et n’est pas disponible partout (électricité nécessaire, équipement et réactifs coûteux,…).

L’objectif de notre équipe est de développer un test sérologique VIH très sensible, aussi sensible que les tests actuels, capable de distinguer les personnes vaccinées de celles qui sont infectées. Pour ce faire, nous recherchons des anticorps spécifiques induits par le virus, mais pas par le vaccin.

Au sein du département de recherche, nous sommes une petite équipe de deux personnes, mais à part nous, il y a beaucoup d’autres personnes qui travaillent aussi sur ce projet pour y parvenir. C’est une tâche importante car sans ce nouveau test, il y a de fortes chances que le vaccin soit beaucoup moins utilisé, une fois qu’il aura été approuvé par les différentes autorités.

À quoi ressemble une journée de travail moyenne pour vous ?

Je passe la majeure partie de la journée dans le laboratoire à produire de nouvelles données. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Je prépare les expérimentations, je supervise l’exécution, le traitement et j’analyse les données. Plus tard, les données sont ensuite visualisées sous forme de graphiques et je discute des résultats avec le chef de projet.

S’il me reste du temps, je documente méticuleusement les expérimentations.

En quoi consiste exactement une telle expérimentation ?

lifesciences consultancy biotechNous testons les réactions au sérum, qui est une partie du sang qui contient les anticorps. Nous utilisons des échantillons sains, des échantillons vaccinés ainsi que des échantillons infectés par le VIH. Nous mettons ensuite nos échantillons, environ un microlitre (0,000,001 L), dans plusieurs tubes à essai sur une plaque de 96 puits. Ensuite, nous ajoutons des antigènes. Lorsque les antigènes reconnaissent les anticorps, ils se lient entre eux.

Ensuite, nous effectuons une étape de détection à l’aide d’une enzyme. Si l’échantillon réagit à l’antigène, cette enzyme provoque une réaction de couleur bleue lorsqu’un réactif est ajouté. De cette façon, nous pouvons voir quel antigène déclenche une réaction. L’objectif est de trouver les antigènes auxquels les patients séropositifs réagissent, mais pas les patients vaccinés. À l’heure actuelle, nous avons déjà trouvé 4 antigènes prometteurs. Il arrive, par exemple, que l’antigène A réagisse sur les 7 premiers échantillons, mais pas sur les trois derniers, et l’antigène B dans l’autre sens. Ces antigènes peuvent alors éventuellement être combinés.

« Je tire beaucoup de motivation et d’énergie du sentiment que je fais quelque chose de significatif pour le monde, et c’est le sentiment que j’ai avec ce projet. »

Où trouve-t-on suffisamment d’échantillons à tester ?

Au départ, nous ne testons qu’environ 30 à 40 échantillons, dont un certain nombre sont sains, infectés et vaccinés. S’il y a des signes vraiment prometteurs, nous testerons un ensemble d’échantillons plus important, par exemple 200 personnes saines et vaccinées et 150 patients atteints du VIH. Nous achèterons ces échantillons de patients atteints du VIH dans de grandes ‘bio banques’, tandis que les échantillons des personnes vaccinées proviendront des essais cliniques déjà réalisés avec le vaccin. L’ensemble doit, bien sûr, être suffisamment représentatif, donc plus il y en a, mieux c’est.

Voulez-vous contribuer à la recherche révolutionnaire, tout comme Dax ?

Avez-vous rencontré des problèmes jusqu’à présent et, si oui, comment les avez-vous résolus ?

Nous avons eu quelques difficultés au début de l’année. Les données n’étaient pas aussi bonnes que prévu et il y avait quelque chose qui a causé beaucoup de variations pendant les tests. Il a fallu un certain temps avant de trouver la cause de ces variables et les données étaient à nouveau conformes à ce que nous voulions.

Dans ces moments-là, j’essaie toujours de rester positif et de ne pas me laisser influencer par le stress ou les frustrations. Ce n’est pas parce que les données ne sont pas comme nous le voulons que l’atmosphère doit en souffrir 🙂 !

Y a-t-il une certaine pression temporelle ?

Nous sommes un projet hautement prioritaire et nous espérons qu’un « concept » sera prêt d’ici la fin de l’année, mais nous n’avons pas de date limite. De préférence, nous aimerions qu’un nouveau test soit effectué sur le marché avant que le vaccin ne soit approuvé.

Une fois le test terminé, le vaccin pourra-t-il être approuvé par la FDA ?

Lorsque notre ‘concept’ sera prêt, il sera transmis à une société de biotechnologie qui décidera alors de la « forme » ou de l’enveloppe sous laquelle le test sera conditionné. Par exemple, comme test de grossesse ou comme test de laboratoire.

Une fois le « conditionnement » déterminé et le test jugé fiable, la FDA et d’autres agences gouvernementales peuvent l’approuver et le nouveau produit de diagnostic peut être produit et mis en œuvre.

Comment êtes-vous entré en contact avec Pauwels Consulting et quelle a été votre première impression ?

Dax Lauwers R&D Scientist bij J&JJe cherchais activement un nouveau défi et j’avais posé ma candidature pour un poste vacant chez Pauwels Consulting. Malheureusement, cela n’a pas marché, mais un peu plus tard, j’ai été recontacté par le même recruteur pour m’informer qu’il avait trouvé un poste vacant qui me convenait parfaitement. Et il avait raison : Chercheur en R&D chez Johnson & Johnson.

Ils m’ont informé en détail sur le projet, la vie de consultant et les questions liées au contrat. Cela m’a donné le sentiment que Pauwels Consulting est une entreprise très professionnelle.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce genre de projets de R&D ?

Je tire beaucoup de motivation et d’énergie du sentiment que je fais quelque chose de significatif pour le monde, et c’est le sentiment que j’ai avec ce projet.

Que pensez-vous de l’expérience en matière de conseil jusqu’à présent ?

Ce n’est que mon premier projet, mais j’ai une expérience très positive en tant que consultant. Les clients vous accueillent à bras ouverts et j’ai vraiment le sentiment de jouer un rôle important dans l’équipe.

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ?

Après cela, j’aimerais travailler à nouveau sur un projet de R&D en biochimie ou en immunologie, afin d’acquérir plus d’expérience.

Avez-vous de bons conseils pour les débutants en R&D ?

Oui, vous pouvez toujours apprendre de vos données, qu’elles soient bonnes ou mauvaises !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contactez-nous

Avez-vous des questions à nous poser ? Contactez-nous !

Joke Roggeman Welcome Officer